MENU
Écoute en direct
 
FM 98,5
AWAY FROM ME V.F. - ZAGATA
Voir les chansonsjouées récemment +
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles
Communautaire

2 novembre 2021

Une nouvelle sculpture a été inaugurée au Cégep de Rivière-du-Loup

par Communiqués de presse

Crédit photo : Courtoisie

Une nouvelle sculpture aux allures de bouée géante arborant des voiles bleutées a été inaugurée le mardi 2 novembre devant le Cégep de Rivière-du-Loup. Installée dernièrement près de l’intersection des rues Frontenac et St-Pierre, l’œuvre d’art public intitulée Se tenir debout et rayonner a été réalisée dans le cadre des célébrations des cinquantièmes anniversaires du Cégep et du Département des arts qui ont eu lieu entre 2019 et 2021.

Le mandat de conception de cette œuvre avait été confié à trois artistes et enseignants du Département des arts, soit Denis Beauséjour, Youri Blanchet et François Maltais. Se tenir debout et rayonner fait référence aux origines du Cégep de Rivière-du-Loup et au rôle déterminant qu’il joue, depuis sa création en 1969, au sein de la région comme acteur essentiel du développement socioéconomique et culturel.

Rappelons que le Cégep a pris naissance grâce à une mobilisation de la population qui s’est littéralement « tenue debout » à l’époque et qui a fait preuve d’une volonté réelle d’obtenir un établissement d’enseignement supérieur à Rivière-du-Loup, ville qui ne possédait aucun collège classique. Cette implantation a depuis permis à plus de 15 000 personnes d’obtenir un diplôme d'études supérieures.

L’œuvre exploite la verticalité, le mouvement et l’évocation langagière des matériaux et des couleurs. L’aspect vertical fait référence à l’élévation intellectuelle, culturelle et philosophique intrinsèque à l’éducation. Il contribue également à donner de l’ampleur à la sculpture, créant ainsi un signal, un appel pour le passant, d’où la métaphore de la bouée. Composée de grandes voiles bleutées, la pièce est inspirée de trois axes principaux : la relation avec le fleuve, l’éducation et la collégialité.

Un aménagement paysager complète la métaphore maritime en traçant une grande vague donnant l’illusion de porter la structure et conférant ainsi un mouvement marin sur lequel la sculpture semble voguer.

Mentionnons qu'il s'agit d'une deuxième œuvre liée au demi-siècle du Cégep. En effet, au début de l'année 2021, le Cégep annonçait l'arrivée dans ses murs de La multiplication des neurones, une pièce d'envergure, du duo d'artistes Cooke-Sasseville, créée exclusivement pour l'établissement.

Retour aux nouvelles

Vous avezune nouvelle?

Cinéma Princesse