MENU
Écoute en direct
 
 
LES DERNIERS SERONT LES PREMIERS - DION CELINE
Voir les chansonsjouées récemment +
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles
Économie

7 janvier 2021

Nouvelles mesures du gouvernement Legault : soupir de soulagement pour le secteur manufacturier

par Louis Deschênes

Crédit photo : Courtoisie

Le premier ministre François Legault a annoncé un traitement choc mercredi en imposant un couvre-feu aux Québécois et en repoussant au 8 février prochain la réouverture, entre autres, des commerces non essentiels. 

En entrevue sur nos ondes, Marie-Hélène Collin, présidente-directrice générale de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup, a expliqué que les commerçants s’attendaient à cette annonce. Elle estime que le gouvernement devra soutenir certains commerçants déjà affaiblis par le confinement du printemps.

« C’est un autre coup de barre. Je suis vivement préoccupée. Je parle à des entrepreneurs à tous les jours. Je constate ainsi leur détresse. Ils demandent de l’aide directe. L’heure est grave et on va assurément perdre des joueurs », de confier la présidente-directrice générale.

Marie-Hélène Collin a toutefois poussé un soupir de soulagement lorsqu’elle a appris que le secteur manufacturier était relativement épargné. La présidente a indiqué que les entreprises exportatrices travaillent souvent pendant des années pour développer le marché international et qu’un arrêt peut leur faire perdre du terrain face à la compétition.

« C’est énorme le soupir de soulagement. On pense à nos fleurons exportateurs. En mars dernier, nous étions les seuls au monde où les entreprises manufacturières étaient fermées. Imaginez ceux qui exportent. Ce sont des pertes énormes, et ce, au profit des concurrents ailleurs dans le monde », de dire Marie-Hélène Collin.

Des appuis et des mécontents sur la politique mur à mur 

Par ailleurs, des élus du Bas-Saint-Laurent et la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup auraient souhaité un assouplissement des mesures dans les régions moins touchées afin de maintenir une certaine vitalité économique. Marie-Hélène Collin a même rappelé, statistiques à l’appui, que les cas actifs étaient plus nombreux en décembre, alors que la région était pourtant en zone orange. Des représentations ont d’ailleurs été faites dans les dernières heures auprès de la direction de la santé Publique, mais sans succès.

« On aurait souhaité avoir des assouplissements pour la région. En date du 7 décembre, on avait 203 cas actifs. En date de mercredi, il y en avait 141. Nous sommes encore très performants. Je reste sur ma faim par rapport à la politique mur à mur. On avait eu des gains avec le code de couleurs qu’on a maintenant perdus », de constater Marie-Hélène Collin.

Chez les élus municipaux, Gaétan Ouellet, maire de Témiscouata-sur-le-Lac, a été un des premiers à appuyer le député Pascal Bérubé, qui demandait mercredi le retour du système d’alerte de couleurs et des barrages régionaux. Gaétan Ouellet a de la difficulté à suivre le raisonnement du gouvernement, puisque selon lui, le code de couleurs a été très efficace dans les régions de l’Est-du-Québec.

« On a fait les efforts qu’il fallait au Témiscouata et ailleurs au KRTB. Je pense que le système de couleurs était bon. Le mur à mur n’a pas sa place. Une prevention policière pourrait très bien se faire à La Pocatière ou à Rivière-du-Loup », de dire Gaétan Ouellet.

Toutefois, autre son de cloche à la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent qui, à la suite d’une rencontre tenue jeudi matin, à fait savoir par communiqué que les élus lançaient un appel à la mobilisation devant l’ampleur de la pandémie, appuyant du même coup la stratégie gouvernementale d’un confinement généralisé.

Retour aux nouvelles

Vous avezune nouvelle?

Cinéma Princesse