MENU
Écoute en direct
 
 
LOST ON YOU - LP
Voir les chansonsjouées récemment +
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles
Politique

15 juillet 2020

François Legault est arrivé à Rivière-du-Loup

par Louis Deschênes

Crédit photo : Courtoisie

L’avion transportant François Legault a atterri à Rivière-du-Loup mercredi avant-midi. Le premier ministre du Québec est accompagné par sa conjointe et les membres de son équipe.

Il a été accueilli par Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup/Témiscouata. Après une brève discussion avec son collègue, François Legault a pris la direction de l’Hôtel Universel. Il doit rencontrer Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent ainsi que des élus de la circonscription. François Legault répondra aussi aux questions des journalistes en fin de journée.

Plusieurs enjeux dans la région 

Santé, transport, développement durable, services essentiels. Les dossiers sont nombreux dans le fief de Denis Tardif. En santé, l’occasion est belle pour revenir sur la construction de la Maison des aînés, un projet déjà annoncé au coût de 78 millions de dollars.

Dans les dossiers en attente, la Maison Desjardins de soins palliatifs du KRTB est toujours à la recherche d’une subvention de 150 000 $ par année, sur 5 ans, pour compléter le financement du Centre de jour, qui est en voie de construction. En transport, le dossier du prolongement de l’autoroute 20 vers Rimouski commence à venir hanter le premier ministre. Depuis qu’il s’est commis une première fois en campagne électorale en 2018 et une deuxième fois lors d’un caucus à Rivière-du-Loup en 2019, François Legault n’a pas livré sa promesse de réintégrer la 20 au PQI. Les députés du Parti Québécois Harold Lebel et Pascal Bérubé l’ont à l’œil dans ce dossier.

En développement durable, les dirigeants de la SEMER sont en attente depuis 16 mois d’une subvention de 2,3 millions de dollars pour la production de gaz comprimé, alors que l’usine de biométhanisation roule à perte depuis son ouverture. Concernant les services essentiels, les paramédics des Basques et du Témiscouata réclament depuis des mois l’abolition des horaires de faction. Ces derniers attendaient d’ailleurs François Legault à son arrivée à l’Hôtel Universel, question de lui rappeler que son député avait promis l’abolition des horaires de faction en campagne électorale.

En terminant, la COVID-19 risque de s’inviter dans les discussions du jour. Le port du masque obligatoire dans une région comme le Bas-Saint-Laurent, qui ne compte qu’un seul cas actif, est questionné par les citoyens et les commerçants. La frontière fermée entre le Québec et le Nouveau-Brunswick cause bien du tort aux entrepreneurs et à l’industrie touristique dans le Témiscouata et plusieurs d’entre eux trouvent le premier ministre bien muet sur ce sujet.

Retour aux nouvelles

Vous avezune nouvelle?

Cinéma Princesse